06 février 2006

18 Pluviôse 214

Aujourd’hui, comme chaque jour, 250 Millions d’enfants ont dormi dans la rue. (chiffres PNUD). Aucun n' est cubain...




Béatitude mortifère.
Par Yann Fiévet.

L’Histoire saura un jour rendre un hommage mérité aux hommes de bonne volonté de notre époque indécise. On citera alors pêle-mêle MM. Jean-Marie Colombani, Alain Minc, Eric Le Boucher ou Elie Cohen. Le point commun de ces personnages dont la dimension grandissime n’est pas encore pleinement reconnue ? Ils sont tous des bienheureux ! Bienheureux de découvrir chaque jour qui nous est donné - et de bien vouloir nous en persuader - à quel point notre avenir sera radieux. Une petite chose tout de même ternit leur unanime béatitude : ils ne comprennent pas que nous ne baignions pas tous dans la salutaire euphorie qui emplit leur vie ardente d’analystes autorisés.

Ils invitent tous la France, cette société jadis brillante mais aujourd’hui archaïque, à se mettre en accord avec son temps. Pour eux, la marche vers "la mondialisation heureuse" suppose l’acceptation de la flexibilité érigée au rang de vertu cardinale. Que flexibilité rime si souvent avec précarité n’incommode en rien ces hommes installés sur leur promontoire.

De là-haut, ils constatent à chaque instant que le pays retarde, qu’il refuse d’épouser goulûment sa formidable époque, que ses hommes y sont décidément trop craintifs. On ne compte plus les articles satisfaits publiés dans "le quotidien de révérence" par ce quatuor pourfendeur de l’immobilisme coupable.
LIRE LA SUITE ...

Posté par jraf73 à 02:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 18 Pluviôse 214

Nouveau commentaire