04 mars 2006

14 Ventôse, An 214

Aujourd’hui, comme chaque jour, 250 Millions d’enfants ont dormi dans la rue. (chiffres PNUD). Aucun n' est cubain...




Choc des civilisations :
Max Gallo, Voltaire, les sarrasins et les nègres...

  La dernière marotte à M.Galo est de faire étudier toutes affaires cessantes dans nos écoles "Le fanatisme, ou Mahomet le prophète" de Voltaire . Pourquoi cet intérêt pressant pour ce texte d' une modeste qualité littéraire ?  C'est que voyez-vous, Maxou croit au "Choc des civilisations", il nous l' a encore redit sur le plateau de RiposteS .
  Alors ça ne peut pas faire de mal d'en rajouter une petite louche sur le thème : "Ben oui, ma brave dame, les sarrasins n'ont toujours eue qu'une idée en tête, c'est de nous couper les couilles pour nous les fourrer dans la bouche !"( au passage : cette technique fut introduite en Algerie par les paras français, c' est un peu l' histoire du scalp, des tuniques bleues et des peau-rouges ... ) . Alors si nos amis Yankee ont dans l'idées de vitrifier préventivement Téhéran et sa grande banlieue, nos veuves et surtout nos orphelines n' en seront que mieux défendues .

L'engouement de Max Gallo pour Voltaire n' est peut-être pas si fortuit que cela . En effet, lors d' une émission de promotion pour son ouvrage à la gloire de Napoléon, il tînt le rétablissement de l' esclavage par icelui pour un détail de l' histoire* . Ors il n' a pu lui échapper ces quelques joyeusetés de notre libre-penseur de référence :

ESSAI SUR LES MOEURS ET L'ESPRIT DES NATIONS (1755):
«Lorsqu'on eut pénétré au delà du Sénégal, on fut surpris de voir que les hommes étaient entièrement noirs au midi de ce fleuve, tandis qu'ils étaient de couleur cendrée au septentrion. La race des nègres est une espèce d'hommes différente de la nôtre, comme la race des épagneuls l'est des lévriers. (...) Leur laine noire ne ressemble point à nos cheveux; et on peut dire que si leur intelligence n'est pas d'une autre espèce que notre entendement, elle est fort inférieure. Ils ne sont pas capables d'une grande attention; ils combinent peu, et ne paraissent faits ni pour les avantages ni pour les abus de notre philosophie. (...) Les peuplades noires qui avaient le moins de commerce avec les autres nations ne connaissaient aucun culte. Le premier degré de stupidité est de ne penser qu'au présent et aux besoins du corps. (...) Il est indubitable qu'ils n'avaient point poussé l'usage de la raison jusqu'à reconnaître un Être suprême. Ils étaient dans ce degré de stupidité qui admet une société informe, fondée sur les besoins communs. (...) La membrane muqueuse des nègres, reconnue noire, et qui est la cause de leur couleur, est une preuve manifeste qu'il y a dans chaque espèce d'hommes, comme dans les plantes, un principe qui les différencie. La nature a subordonné à ce principe ces différents degrés de génie et ces caractères des nations qu'on voit si rarement changer. C'est par là que les nègres sont les esclaves des autres hommes. On les achète sur les côtes d'Afrique comme des bêtes; et les multitudes de ces noirs, transplantés dans nos colonies d?Amérique, servent un très petit nombre d'Européens. L'expérience a encore appris quelle supériorité ces Européens ont sur les Américains [les Amérindiens], qui, aisément vaincus partout, n'ont jamais osé tenter une révolution, quoiqu'ils fussent plus de mille contre un. (...) Le paysan polonais est serf dans la terre, et non esclave dans la maison de son seigneur. Nous n'achetons des esclaves domestiques que chez les nègres. On nous reproche ce commerce: un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l'acheteur: ce négoce démontre notre supériorité; ce qui se donne un maître était né pour en avoir»

TRAITÉ DE MÉTAPHYSIQUE (1734):
«Je m'informe si un nègre et une négresse, à la laine noire et au nez épaté, font quelquefois des enfants blancs, portant cheveux blonds, et ayant un nez aquilin et des yeux bleus; si des nations sans barbe sont sorties des peuples barbus, et si les blancs et les blanches n'ont jamais produit des peuples jaunes. On me répond que non; que les nègres transplantés, par exemple en Allemagne, ne font que des nègres, à moins que les Allemands ne se chargent de changer l'espèce, et ainsi du reste. On m'ajoute que jamais homme un peu instruit n'a avancé que les espèces non mélangées dégénérassent,, et qu?il n'y a guère que l'abbé Dubos qui ait dit cette sottise dans un livre intitulé Réflexions sur la peinture et sur la poésie, etc. (...) Je me suppose donc arrivé en Afrique, et entouré de nègres, de Hottentots, et d'autres animaux. Je remarque d'abord que les organes de la vie sont les mêmes chez eux tous; les opérations de leurs corps partent toutes des mêmes principes de vie; ils ont tous à mes yeux mêmes désirs, mêmes passions, mêmes besoins; ils les expriment tous, chacun dans leurs langues. La langue que j'entends la première est celle des animaux, cela ne peut être autrement. (...) Ainsi, avec un peu d'attention, j'entends le langage de tous les animaux; ils n'ont aucun sentiment qu'ils n'expriment: peut-être n'en est-il pas de même de leurs idées; mais comme il paraît que la nature ne leur a donné que peu d'idées, il me semble aussi qu'il était naturel qu?ils eussent un langage borné, proportionné à leurs perceptions. »

*Lors d' un émission de promotion de son bouquin sur Napoléon Max Gallo déclare ne pas savoir si le rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte est un crime contre l’humanité.

Jan R.

Posté par jraf73 à 04:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 14 Ventôse, An 214

Nouveau commentaire