16 avril 2006

27 Germinal, An 214

Aujourd’hui, comme chaque jour, 250 Millions d’enfants ont dormi dans la rue. (chiffres PNUD). Aucun n' est cubain...




BHL : L’homme qui prétendait conquérir l’Amérique à coups de cocktails,
par Nicolas Beau et Olivier Toscer. Extrait du livre Une imposture française

Depuis son premier succès médiatique - l’opération « Nouveaux philosophes » en 1977 - l’imposture Bernard-Henri Lévy a maintes fois été analysée. De grands philosophes comme Gilles Deleuze ou Jacques Rancière ont très tôt su trouver les mots justes pour dénoncer la profonde « nullité »  de la « Pensée-BHL », mais aussi pour comprendre les ressorts du « système » qui rend possible son succès. Mais il a fallu attendre ces dernières années pour que des enquêtes sérieuses soient menées sur « l’homme », qui apportent un éclairage utile sur « qui parle » lorsque « Bernard-Henri Lévy » écrit, télédiffuse et éditorialise... Plus précisément, ces enquêtes apportent des éléments de réponse intéressants à un vieux questionnement marxiste : « d’où » parle-t-il, cet « écrivain » qui prétend succéder à Voltaire, Zola et Jean-Paul Sartre dans le rôle - désuet, au demeurant - du « grand-philosophe-français » ? Le livre de Nicolas Beau et Olivier Toscer est sans doute la plus accablante de ces enquêtes. À partir d’éléments factuels vérifiables, elle nous dresse un portrait édifiant : l’homme qui, à longueur d’essais, éditoriaux et interviews, ne cesse de dire le bien, le beau et le juste, apparaît comme un véritable tyran du microcosme éditorial, capable d’user de chantages et de menaces pour faire taire tout journaliste critique sur l’une de ses œuvres ; un homme de « réseaux » qui cumule les « titres », les « fonctions » et les sources de revenus dans le monde journalistique et culturel (auteur, éditorialiste, directeur de collection, membre de « conseils de surveillance », « comités éditoriaux » et autres « commission d’avance sur recette »...) alors que le chômage et la précarité font de plus en plus de ravages chez les journalistes, les artistes et les intellectuels ; un hommes d’affaires avisé qui gère d’une main de maître le capital faramineux dont il a hérité de son père, et que ni sa « philosophie », ni son « éthique » ni sa conscience politique n’empêchent de mentir sur ses revenus et de frauder le fisc - ou, inversement : un homme qui peut frauder le fisc et continuer malgré cela de faire la leçon à tout le monde (et en premier lieu aux classes populaires quand elles luttent contre la précarité et pour de meilleures conditions d’existence ) ; un homme enfin que ni sa « philosophie », ni son « éthique » ni sa conscience politique n’ont empêché de diriger une entreprise (la BECOB) dénoncée par une ONG comme l’une des pires entreprises de déforestation de l’Afrique, traitant ses employés africains comme des « semi-esclaves » - ou inversement : un homme qui peut se comporter ainsi en négrier et continuer malgré tout de faire la leçon à tout le monde. Le texte qui suit est le dernier chapitre de cette remarquable enquête . Il raconte la grotesque opération de mystification entreprise par Bernard-Henri Lévy pour se faire passer, en France, pour le dernier grand « french philosopher » en vogue Outre-Atlantique.

LIRE LA SUITE ...

Posté par jraf73 à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 27 Germinal, An 214

Nouveau commentaire